Art is Fashion

Quand j’ai vu que la Gallerie Taiss organisait un vernissage de son exposition Art is Fashion, j’ai couru dans le 3eme arrondissement de Paris et être là le 22 novembre. Me félicitant d’y être à la première heure, ce qui n’est pas à mon habitude, j’ai assisté un une visite guidée des œuvres, offerte par les organisateurs. Il est agréable de découvrir les motivations et les cheminements qui ont amené à la création des œuvres, dont le récit nous fut offert avec enthousiasme et bienveillance.

 

Les artistes exposés se questionnent sur l’art et la mode à travers les supports différents (principalement de la photographie, mais aussi les installations vidéo ou physiques). La mode est approchée comme le symbole d’une époque, comme un questionnement sur le corps, comme objet de détournement ou de provocation. Il ne s’agit donc pas d’une exposition d’objets de mode comme des objets d’art, mais d’un aperçu de la vision propre à chacun des artistes de la façon dont la mode s’entremêle avec l’art et l’alimente.

 

Cette approche offre beaucoup de promesses, mais se heurte à mon sens à la limite qui est d’ailleurs propre à beaucoup de courants d’art non figuratif, il s’agit de la sensibilité propre du public. L’artiste a le courage et la sincérité de proposer une représentation personnelle d’une question ou d’un sujet qui est propre à sa perception d’artiste et aussi d’être humain. Mais cette représentation répond-t-elle aux attentes et l’univers fantasmé du public? L’art contemporain, est-il simplement un lieu ou des rencontres se font entre certains artistes et certains publics, sans objectivité… est-ce simplement un médium d’affinités?

 

J’ai beaucoup aimé le postulat de départ de l’artiste Franck Perrin qui évoque la mode comme le symbole des époques, le style comme un élément indissociable des grandes personnalités (on a donné l’exemple de Louis XIV dont la perruque apparait immédiatement dans notre esprit à la simple évocation de son nom). Le style d’une personnalité est totalement indivisible de la trace qu’elle laissera dans l’histoire… Oui Oui Oui, et encore Oui! je suivais totalement le raisonnement… mais alors pourquoi dans sa série de photos de Kadhafi, l’artiste a-t-il dépourvu celui-ci de son style aussi flamboyant que ridicule? Kadhafi apparait sur un montage photo qui le présente dans des postures fashion, certes, mais totalement à l’opposé de son style! Pourquoi? Le raisonnement de départ se romps pour moi à cet instant..ai-je ratté quelque chose? je ne comprends plus.. Mais j’apprécie la qualité de la réalisation du montage…

 

Le travail de Eric Emo m’as touché aussi, la vision de la silhouette comme l’expression du style, comme une empreinte indélébile que l’on laisse aux yeux des autres. Sa fragilité, son mistère, tout ceci me parle. Mais pourquoi cette silhouette semblait-elle être nue? Nous parlons bien du style.. doit-on en déduire que les vêtements ne sont pas finalement si importants.

 

Cette approche, comme celle du travail présenté par Franck Perrin semble introduire l’idée de la mode et du style dans un certain raisonnement artistique, pour ensuite la rejeter.

Cette reflexion amene a se questionner sur la façon que nous avons à aprehender les oeuvres, quand nous sommes spectateur. Doit-on se laisser porter par la vision de l’artiste ou garder notre filtre personnel et l’opposer à celle ci?

 

 

L’exposition Art Is Fashion a en tout cas accompli à mon sens son rôle, celui d’amener à un questionnement sur la place que ces deux disciplines que sont l’art et la mode, ont chacune vis a vis de l’autre. Si je me suis arrêté sur seulement deux artistes dans ce billet, la visite de la galérie permettra d’en découvrir d’autres, tout aussi intéressants: Conrad Bakker, Isabelle Chapuis, Matt Collishaw, mounir fatmi, Marie Hendriks, Jean-Michel Pancin, Simon Procter, Ornela Vorpsi.

 

 

Galérie Taiss

14, rue Debelleyme

75003 Paris

www.taissgalerie.com

 

 

 



One Comment

  1. [...] la suite de l’article, ici. Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  de → Expositions à Paris, Presse [...]

Laisser un commentaire