les hipsters et l’apocalypse culturelle

d’abord commençons par cela :

Being a Dickhead’s Cool

 [jwplayer mediaid= »490″]

 

Une fois qu’on a vu cette vidéo, que peut-on dire de plus?
Il est vrai que les hipsters sont désormais partout…

 

Tu connais un mec qui porte un jean slim, des sneakers fluo, un tee-shirt Slyer, une chemise de bûcheron ajustée par ses soins à partir d’un modèle vintage, une barbe, une casquette customisée, et qui écoute la Compagnie Créole (ça c’est pour la touche d’humour par rapport au teeshirt, hein).. eh bien ton pote est un Hipster!

Tu connais un mec qui porte un pull tricoté avec des gros motifs ridicules, porté par dessus d’un tee-shirt American Apparel Deep V neck, un jean slim (encore), une moustache, des mocassins, un cartable vintage, il écoute de la musique de chambre de 17 siecle, et il est DJ freelance… –  lui aussi est un hipster.

 

C’est donc officiel, le hipster est mort? Il est devenu trop mainstream?
Certes le verni hipster est partout… Regardez dans la rue autour de vous (c’est mieux si vous habitez paris quand même): combien de mecs voyez-vous en chemise de bûcheron, avec des lunettes à grosses montures noires, à vélo, en sneakers, en tee-shirt à message? Les attributs les plus voyants de hipster se sont déversés dans la culture populaire (oh, le scandale). Mais ce n’est pas tout! Combien des personnes customisent leurs fringues, celles qui s’habillent dans les boutiques vintage, celles qui écoutent de la musique alternative (merci Internet), ceux qui ont un blog?! Il en a des milliers, ou peut-être même des millions! Et du coup les hipsters se sentent obligés d’en faire des tonnes..tout en disant qu’ils ne sont pas des hipsters… et c’est comme ça qu’on en arrive à des jeux du type « look at this fucking hipster« .

 

En fait le hipster a été le précurseur de ce qui qualifie aujourd’hui notre époque. Dans la tendance revival que nous vivons, nous nous tournons vers le passé et l’alternatif, nous rejetons la culture de masse. Nous piochons dans les tendances et les produits, et en constituions notre propre patchwork.

 

Mais une fois que nous avons écouté de la mauvaise pop des années 80 avec humour, de l’electro minimaliste 8bit avec nostalgie, du jazz rétro avec tendresse, et de la musique alternative avec détachement; une fois qu’on a ressortis le manteau en fourrure et les sacs vintage de notre grande-mère, qu’on a porté des tee-shirt rigolos et des couleurs improbables… que reste-il.. que reste-il des hipsters?

 

 

Et c’est bien là  que se trouve le problème, les hipsters ont vampirisé le passé, il en reste plus rien…ils ont vampirisé le consumérisme éclairé et sélectif, c’est devenu le premier argument de vente des grandes marques…. ils ont légué tout cela à une certaine culture de masse…

Ils n’existent plus..

Mais ne soyons pas tristes, un nouveau millésime des hipsters est probablement en train d’éclore quelque part.

c'est cela le renouveau du hipster?



Laisser un commentaire